Rechercher
  • Collectif des Sportives

[PORTRAIT] - JADE MARECHAL. DÉTERMINÉE JUSQU’A LA POINTE DU FLEURET

Mis à jour : oct. 21



Du haut de ses 20 ans, la jeune escrimeuse fait partie des grands espoirs tricolores. Jade Maréchal a su s’imposer progressivement jusqu’à rejoindre l’équipe de France d’escrime, il y a maintenant deux ans. Aujourd’hui elle avance vers un objectif crucial, les JO 2024 ; et pour cela elle est prête à tout donner. Zoom sur une sportive qui ne manque pas de détermination.


Une vie rythmée par l’ambition

C’est en suivant les traces d’une de ses sœurs que Jade Maréchal a découvert le monde de l’escrime. Elle l’accompagnait sur les entrainements et compétitions, sans jamais s’y essayer. « Ma sœur ne voulait pas qu’on fasse le même sport, alors j’ai dû attendre qu’elle commence ses études supérieures pour prendre son relai. Heureusement, en l’observant toutes ces années, je connaissais déjà certaines techniques ce qui m’a permis de gagner du temps sur mon retard. » Depuis, la jeune fille a su grandir et évoluer dans ce sport. Très compétitrice, elle a toujours voulu être première dans tout ce qu’elle faisait. Un trait de caractère qu’elle expérimente en se surpassant à chaque étape. Elle a alors eu son premier objectif olympique en tant que cadette. Une fois que les résultats étaient au rendez-vous, Jade Maréchal a saisi la possibilité de faire de l’escrime, sa vie. Pour autant, elle a gardé la tête sur ses épaules en s’attachant à son double projet sport/étude. Après avoir obtenu son bac, elle a rejoint les bancs de la Kedge Business School où elle est actuellement en 3e année. Sacrifier sa vie qu’à son sport n’est pas ce qu’elle envisage. « L’escrime n’est pas un sport très démocratisé, on ne peut pas gagner sa vie avec. Mais ça reste une passion donc il fallait que je trouve à côté un double projet qui me porte », explique-t-elle. C’est aussi en sens qu’elle donne des conférences en entreprises depuis peu. « J’aime transmettre les valeurs que j’ai apprises avec le sport de haut niveau. Je dis souvent que le collaborateur est comme un athlète : on a tous les deux des envies de performances tout en ayant les mêmes obstacles. » Elle mène donc sa carrière sportive et professionnelle avec précision. Une qualité qui l’accorde à son épée de cœur, sa spécialité : le fleuret.




« L’escrime, c’est l’école de la vie »

Bordelaise depuis l’âge de deux ans, Jade Maréchal est licenciée au BEC, le Bordeaux Étudiant Club, où elle est suivie par un maitre d’armes. De plus, la jeune fille s’entraine aussi intensivement à l’INSEP parisien. Centre qu’elle a rejoint en intégrant l’équipe de France d’escrime avec fierté. « Quand j’étais petite je rêvais de porter le drapeau tricolore sur le pantalon. Mais je pensais que c’était une finalité, mais plus je grandis et plus je me rend compte que ce n’était qu’une étape pour aller vers de plus grands objectifs », explique-t-elle. Porter les couleurs de son pays a donc été son ticket d’entrée dans la cour des grands.

Aujourd’hui Jade Maréchal a élargi ses horizons en pointant de son fleuret un seul objectif : les JO 2024. Pour cela, elle ambitionne aussi de repartir médaillée des diverses coupes du monde à venir. Affectée, par la crise sanitaire dans ses entrainements et dans le maintien des compétitions, la sportive n’a perdu en rien sa détermination. « Ça a été comme une année blanche, alors on espère une rapide reprise d’ici Janvier », ajoute-t-elle. L’escrime nourrit ses rêves et son ambition, mais a aussi fait la jeune femme qu’elle est devenue. « Je dis souvent que l’escrime, c’est l’école de la vie ! » C’est en effet à travers la pratique de son sport qu’elle a su gagner rapidement en autonomie, en maturité ou encore en détermination. « Enfin, l’escrime m’a enseigné la persévérance. On connaît beaucoup d’échecs dans le sport de haut niveau. On connaît des moments difficiles, des sacrifices donc la persévérance est essentielle », précise Jade Maréchal.





Le sport féminin évolue

Pour la sportive il est évident que le monde est en train de changer. « Je vois de plus en plus de comptes Instagram, d’articles de presse, de vidéos sur le sport féminin. Je trouve que ça bouge. Je n’ai pas de chiffres précis à donner mais j’en entends beaucoup plus parler autour de moi et je vois plus de femmes sportives mises en avant. » De plus, pour ce qui est en escrime, elle n’observe pas de réelles différences en matière de prime ou salaire. Il n’y a certes pas de mixité dans les catégories de compétition, mais la place des femmes est acquise. Elle ajoute tout de même que ce sport mériterait peut-être plus de visibilité. En tant que femme sportive et passionnée, Jade Maréchal n’a donc pas hésité une seconde pour rejoindre le Collectif des Sportives. Suivant les différents projets, la bordelaise s’intéresse à l’accompagnement proposé aux sportives de haut niveau, et à l’encadrement du double projet. C’est aussi pour cela qu’elle a décidé de rejoindre l’aventure de l’Académie des sportives. « J’ai vraiment hâte de faire ces 4 jours à Font Romeu. Je trouve que rencontrer d’autres sportives est vraiment enrichissant. Puis au niveau développement personnel et ouverture d’esprit, toutes les activités prévues ne peuvent être que bénéfiques ! »


PORTRAIT BY HEATHER CERF.

40 vues
CELIA
PERRON

HEPTATHLON

PORTRAIT DE LA SEMAINE 
  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • LinkedIn - Black Circle

© Le Collectif des Sportives

lecollectifdessportives@gmail.com

31000 TOULOUSE

0674973177

Contactez-nous

decathlon.jpg
bnp.jpg
axa.png
sncf.png
regiojn occitanie.png
conseil departemental.png
cryo control .jpg
café oz.jpg
stratégia_avocats_edited_edited.jpg