Rechercher
  • Collectif des Sportives

[PORTRAIT] Laura Marino : le sport, « un catalyseur d’émotions et de vie »



Âgée de 27 ans, Laura Marino, jeune retraitée du sport de haut niveau, a pratiqué durant 10 ans le plongeon à 10m en équipe de France. Elle a atteint les sommets en participant notamment aux Jeux Olympiques de Rio, et en obtenant des titres mondiaux, européens et nationaux. Mais en 2019, elle décide de mettre fin à sa carrière en raison d’un burn-out. Une décision difficile mais qui lui a permis de reprendre sa vie en main. Zoom sur son parcours.


LE PLONGEON, LE « COUP DE FOUDRE IMMEDIAT »

Ayant grandi dans une famille très sportive, « pour ne pas dire hyperactive », Laura Marino a touché a beaucoup de sports. Cette petite fille plutôt bonne élève n’aimait pas se faire remarquer mais avait de l’énergie à revendre. Après une période intense de gymnastique durant ses années collège, une envie de changement lui prend et la jeune femme décide de s’essayer au plongeon. Une pratique sportive qui lui permettait de rester dans le domaine de l’acrobatie et dont elle est tout de suite tombée sous le charme. 2009 fut alors l’année décisive pour Laura Marino qui intègre l’INSEP à tout juste 16 ans. Franchir la porte de cette institution a été un réel tournant dans sa carrière. « Je suis passée à deux entraînements par jour, avec une scolarité aménagée. Le plongeon était devenu le centre de ma vie, et j’ai intégré l’équipe de France Juniors au bout de quelques mois seulement », détaille la sportive. La même année elle remporta d’ailleurs une médaille au championnat d’Europe Juniors. Sa carrière était lancée.

Les choses se sont ensuite accélérées et les souvenirs accumulés. Mais le plus marquant pour elle reste sans aucun doute le jour qui l’a menée au titre de Championne du monde en 2017, à Budapest. « Que ce soit d’un point de vue humain ou sportif, c’est un des plus beaux moments de ma carrière. » Ce titre est venu récompenser tous les efforts fournis en équipe avec Matthieu Rosset. « Je retiendrais toujours cette sensation d’être en plein mojo, cette sorte de flow décrit par les sportifs, et en adéquation parfaite avec mon équipe : Alexis Coquet, mon coach, et Matthieu, mon partenaire. »





EN AVANT VERS UNE AUTRE VIE

Mais sa carrière de plongeuse n’a pas toujours été facile pour la jeune femme. Après 10 ans de pratique, Laura Marino décide de mettre fin à cette vie en 2019. « J’étais arrivée en bout de course, j’avais tout donné, puisé au-delà de mes limites et plus assez de force ni d’énergie pour espérer réussir à me régénérer. Je m’étais grillée », explique-t-elle. Des déceptions sportives, des conflits d’encadrement, des problèmes de sommeil, ... Nombre de choses lui ont fait prendre cette décision difficile. D’autant que ce n’était pas le physique ou la technique qui péchaient, mais le corps qui cherchait à dire stop de toutes les manières possibles.


Cette retraite anticipée fut quelque peu amère. Ce n’était vraiment pas la perte de l’envie mais plutôt un épuisement devenu ingérable. « À cause des circonstances de mon arrêt, j’ai eu besoin de couper complètement avec le sport quelque temps. » Mais cela n’a pas vraiment duré : « à peine quelques mois après je faisais un stage de surf avec mes cousines...», raconte-t-elle. Son amour pour le sport l’a donc vite rattrapée. Mais pour l’instant, c’est par plaisir qu’elle veut y retourner et non plus par compétition. D’autant plus que cette période de transition lui a permis de voir les choses différemment et de foncer vers de nouveaux projets. « Aujourd’hui je m’apprête à quitter Paris pour explorer d’autres coins et régions de France. Je veux partir à l’aventure, pouvoir faire beaucoup plus de sport outdoor mais aussi un retour au plongeon en extérieur ! »

En dehors de sa vie de sportive, Laura Marino est Kiné. Elle exerce en libéral comme remplaçante afin de rester mobile sur l’ensemble du territoire. Elle occupe aussi un poste fixe à l’INSEP sur des plages de récupération des athlètes. « Je pratique principalement de la kiné du sport, car c’est ce qui me plaît le plus et ce dans quoi je me sens la plus compétente et légitime. » Pour arriver à cela, elle avait suivi ses études en parallèle de sa vie sportive. Un double-projet peu difficile à concilier mais qu’elle a réussi à mener grâce à des aménagements et à sa volonté de réussir. « Je me suis donné les moyens d’y parvenir, car une fois la carrière terminée, il faut bien penser à se reconvertir. »





LE SPORT, UN VÉRITABLE ATOUT POUR LES FEMMES

Le sport représente donc un élément-clé de sa vie, et ce depuis toujours. D’autant plus que cela sportive lui a permis de construire la personne qu’elle est aujourd’hui. « C’est une école de vie, un lieu de rencontre et de partage, un catalyseur d’émotions et de vie tout simplement », affirme-t-elle. Le sport peut donc changer la vie de quelqu’un mais aussi sa vision du monde. C’est en ce sens qu’elle voit le sport comme un possible vecteur d’égalité homme-femme. « Rien ne me fait plus plaisir lorsqu’une petite fille me dit que grâce à moi, elle a décidé de se mettre au sport, que cela a changé sa vie, son rapport au monde et surtout aux garçons. » « Les femmes ont donc tout intérêt à faire du sport, pour prendre confiance en elles et se sentir fortes », ajoute Laura Marino. Car les choses bougent mais de manière encore trop lente, la sportive aime rappeler que le sport, et ce dès les parties de foot dans la cour d’école, n’est pas réservé aux garçons. « Il y a hélas encore beaucoup d’idées ancrées dans les mœurs à bousculer, mais je suis convaincue qu’un collectif comme le collectif des sportives contribue fortement à changer les choses. » C’est par le biais de Maxine Eouzan, camarade de plongeon durant ses années à l’INSEP, que Laura Marino a pris connaissance du projet du Collectif. Reconnaissante du soutien que cela apporte aux sportives, elle note aussi les actions concrètes qui sont menées. Pour elle, il n’y a donc pas de doute : « C’est indispensable d’avoir ce genre de projet qui émerge si l’on veut donner plus de place aux femmes dans le sport ».


Portrait by Heather Cerf.

44 vues
DELPHINE 
JARIEL

Voile

PORTRAIT DE LA SEMAINE 
  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • LinkedIn - Black Circle

© Le Collectif des Sportives

lecollectifdessportives@gmail.com

31000 TOULOUSE

0674973177

Contactez-nous

decathlon.jpg
bnp.jpg
axa.png
sncf.png
regiojn occitanie.png
conseil departemental.png
cryo control .jpg
café oz.jpg
stratégia_avocats_edited_edited.jpg