Rechercher
  • Collectif des Sportives

[PORTRAIT] - Margaux Fabre : « Les sportives de haut niveau ont du mérite »



Que ce soit en natation ou en sauvetage sportif, Margaux Fabre est dans son élément une fois dans l’eau. Après avoir essayé de multiples activités sportives, c’est sur la natation qu’elle jette son dévolu. C’est aussi grâce à son père, maître-nageur, que la jeune femme et sa sœur sont entrées tôt dans les bassins. La natation lui a apporté « un très bon équilibre dans la vie, ainsi que de merveilleuses expériences humaines et sportives ». Depuis ses débuts, elle a évolué dans le club @Canet 66 Natation, dans sa ville natale.


Le saut dans le grand bain

C’est vers l’âge de 14 ans que la natation est devenue une affaire plus sérieuse. « À la base c’était vraiment un loisir, je ne me projetais pas du tout. C’est progressivement que ça se fait. Les études passent d’abord avant le sport, mais une fois qu’on a le bac on se dit ‘’pourquoi ne pas faire quelque chose de la natation ?’ », raconte Margaux. Après une formation au CREPS PACA, où elle obtint un DEJEPS (Diplôme d’État de la Jeunesse de l’Éducation Populaire et du Sport), elle commence à travailler, jonglant entre entraineuse en sauvetage sportif à Montpellier et sauveteuse l’été. Avec le statut de sportive de haut niveau, Margaux Fabre ne vit pas forcément aisément mais elle a su se lancer avec brio. Du haut de ses 27 ans, la nageuse a un beau palmarès allant de sa victoire aux Championnats d’Europe juniors de natation en 2007 à celle au Championnat de France de 2017 en 200m nage libre, en passant par sa sélection pour les JO de Rio en 2016.

Une carrière riche qui lui a offert de beaux souvenirs, dont un en particulier. «Les championnats d’Europe en 2018 ont été un moment juste extraordinaire ! », affirme-t-elle. La nageuse ne part jamais vraiment confiante en compétition mais plutôt avec l’envie de donner le meilleur de soi. C’est donc avec cet état d’esprit qu’elle partait à ce championnat. « Je pars troisième sur le relais. À ce moment-là, on se bataille pour la 1ère place, on ne sait pas trop. Mais quand la dernière relayeuse touche le mur, je suis persuadée qu’on est arrivées deuxièmes. C’était la déception après une si belle bataille. » Finalement, elle lève les yeux sur le tableau de score et se rendra compte avec surprise de leur première place. « Mais quelle joie ! », déclare-t-elle avec émotions. Mais Margaux Fabre ne s’est pas arrêtée à la natation. En effet, elle a commencé à pratiquer le sauvetage sportif en rejoignant son entraineur de toujours, Raphaël Raymond, entraineur du pôle France de sauvetage à Montpellier à @Aqualove. « Je n’étais pas du tout au courant au début. Quand je lui ai annoncé que je voulais venir, il m’a dit ok ‘’mais si tu veux venir il faut que tu fasses du sauvetage’’. C’est ainsi que j’ai découvert ce qu’était ce sport et que je me suis mis à en faire ! », explique la jeune femme. Après avoir participé à plusieurs compétitions dans ce domaine, elle a récolté de belles récompenses. Ainsi, choisir entre natation et sauvetage est devenu difficile. Enfin pas tant. « Pour l’instant mon objectif est vraiment la natation, surtout avec les Jeux Olympiques qui approchent. Mais je sais que jusqu’à la fin de ma carrière et même après je continuerais le sauvetage sportif. C’est vraiment une bonne ambiance, un autre état d’esprit.»Un sport aussi très complet qui pousse la sportive dans ses retranchements de par la polyvalence des épreuves et leur enchaînement.


Objectif JO

Autre souvenir marquant pour elle, sa participation aux Jeux Olympiques de Rio en 2016. Vivant difficilement le championnat de France de natation, où se faisait la sélection pour les JO, Margaux Fabre n’est finalement pas retenue. Mais quelques jours après, un coup de téléphone viendra la surprendre. « Le mercredi on m’appelle pour m’annoncer que je pars. Sur le moment je ne comprends pas et réponds ‘’ok mais pour partir où ?’’ ». C’est ainsi qu’elle apprend son départ pour les JO. « Je n’y croyais pas ! C’était une joie énorme ! ». Une fois sur place, la nageuse est en mode compétition, prête à tout donner dans ses relais. Un moment fort, plein d’émotions, notamment avec la présence de sa famille dans les gradins. À son entrée dans le bassin, c’est vers eux que ses yeux se sont posés pour puiser son courage. Margaux parle donc de cette course comme l’une des meilleures qu’elle a pu vivre. Aujourd’hui, Margaux Fabre est donc grandement motivée pour participer aux prochains jeux olympiques. Une occasion qu’elle appréhende avec pragmatisme et maturité, tout en voulant donner son maximum pour atteindre cet objectif. « Je me dis que si je me qualifie c’est que je le mérite et que j’ai fait le travail pour. Mais si vraiment je n’y suis pas, j’aimerais bien alors me préparer pour les suivants », explique la nageuse avec détermination. Aujourd’hui, c’est avec cet objectif dans un coin de sa tête qu’elle aborde chacun de ses entrainements. Enfin, quand Margaux Fabre parle sport au féminin, elle affirme que les femmes sportives « ont bien du mérite ». Que ce soit pour les performances réalisées ou la place grandissante

qu’elles occupent, la nageuse reconnaît que le sport féminin connaît aujourd’hui une vraie évolution. C’est en défendant donc ces valeurs que Margaux Fabre s’est intéressée au Collectif des Sportives. Après avoir assisté à la soirée de lancement à Toulouse, elle est resté en contact avec le collectif qui pour elle défendait un beau projet. « Ce projet partant d’un homme, je trouvais que c’était vraiment une belle chose de vouloir valoriser les femmes dans le sport et de vouloir les faire évoluer. »


Portrait by Heather Cerf.

20 vues
JADE
MARÉCHAL

ESCRIME

PORTRAIT DE LA SEMAINE 
  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • LinkedIn - Black Circle

© Le Collectif des Sportives

lecollectifdessportives@gmail.com

31000 TOULOUSE

0674973177

Contactez-nous

decathlon.jpg
bnp.jpg
axa.png
sncf.png
regiojn occitanie.png
conseil departemental.png
cryo control .jpg
café oz.jpg
stratégia_avocats_edited_edited.jpg