Rechercher
  • Collectif des Sportives

[PORTRAIT] Zazie Gardeau : "On est tous déjà tombés, l’important est de faire de notre mieux"



Comme pour nombre de sportives de haut-niveau, la saison 2020 de Zazie Gardeau aurait pu - et du - être riche en émotions. La jeune cavalière s’était qualifiée pour les championnats d'Europe du concours complet et devait encore disputer une poignée de compétitions à l'échelle nationale. Des annulations en cascade qui laissent un goût amer à cette compétitrice : "Les qualifications ne sont pas reconduites malheureusement... Il me reste donc jusqu’au mois de novembre pour me qualifier pour les Europe qui se dérouleront en 2021". En attendant, elle profite de l'annuelle pause des compétitions en juillet pour se confier au Collectif des Sportives.




Bien que l’équitation occupe sa vie depuis son quatrième printemps, Zazie Gardeau est une élève toute aussi brillante une fois qu’elle laisse sa bombe et sa cravache au vestiaire. Depuis plus d’un an, la Toulousaine de naissance a rejoint l’Institut national des sciences appliquées, une école d’ingénieur de sa ville. Celle qui tenait absolument à concilier sport et études a été convaincue par les emplois du temps aménagés que propose l’établissement. "L’INSA me permet, en tant que sportive de haut-niveau de compléter mon cursus en six ans, au lieu de cinq. Par exemple, j’aurais encore des matières de première année à valider à la rentrée, mais au moins, je peux m’organiser pour m’entrainer presque cinq heures tous les jours", explique-t-elle. Mécanique, construction ou chimie... l’avenir professionnel de Zazie Gardeau ne sera fixé qu’au moment de choisir sa spécialisation, dans un peu moins d’un an. "Il est possible de vivre de l’équitation, mais ça reste très difficile, trop aléatoire" Si la jeune femme consacre autant d’importance à ses études, c'est qu’elle ne compte ne pas sur son sport pour vivre : "Il est possible de vivre de l’équitation, mais ça reste très difficile. On vit de ses performances, donc en cas d'année à vide... C'est trop aléatoire", résume-t-elle. Loin du strass et des sommes présentes dans le saut d'obstacles ou les courses hippiques, le concours complet - sa discipline, qui comprend du dressage, du saut d'obstacles et du cross - est moins bien doté. "Certaines compétitions offrent un prize-money de 1.000€ pour le gagnant. Mais si on compare avec tous les coûts que comprend ce sport, c'est impossible de s’en contenter !", analyse-t-elle, dévoilant au passage les coulisses d’un sport aussi particulier que méconnu.

Cet espoir français fait donc le choix de ne pas miser exclusivement sur son sport... dans lequel elle excelle pourtant. De nature "touche-à-tout", Zazie Gardeau est montée pour la première fois en selle à l'âge de 4 ans, avant de se consacrer réellement à l'équitation en compétition pour son dixième anniversaire. Neuf ans plus tard, son palmarès parle pour elle : championne d'Europe par équipe en 2018, médaille de bronze par équipe en 2019, sixième en individuel - et meilleure française - aux Europe de cette même année...





Le plus gros obstacle de sa carrière reste à venir


Mais Zazie Gardeau le sait, il lui reste tout à faire dans le concours complet de haut-niveau. Consacrée en junior, elle devra repartir de zéro et prouver son niveau dans l'exigeante catégorie senior. Certainement l'obstacle à sauter le plus important de sa jeune carrière. "Il y a encore une vraie marche à franchir avant d'arriver en senior. Les parcours y sont plus hauts et plus difficiles, la vitesse supérieure et les juges beaucoup plus exigeants... La difficulté pousse à travailler toujours plus !". Cette force mentale manifeste, la cavalière toulousaine la tire des chutes qui ont marqué sa vie jusqu'ici. Au sens figuré comme au propre. "On est déjà tous tombés. On pratique un sport à risque et on l’accepte. L'important, c'est de toujours se relever et de faire de son mieux", lance la sportive avec philosophie. "Quelques comportements machistes persistent et les préjugés restent puissants" Que ce soit en junior ou en senior, cette sportive d’excellence a et aura à cœur de prouver que les femmes ont leur place dans l’équitation, en apparence plus égalitaire que beaucoup d'autres sports. En effet, l’hippisme comprend des classements mixtes où hommes et femmes s'affrontent à armes égales. "C'est une chance pour ce sport, il faut s'en servir comme d'un atout", se réjouit Zazie Gardeau. Pour autant, cette mixité ne garantit pas l’égalité entre les sexes dans les esprits de toutes et tous, selon elle. "C'est rare qu’une femme gagne une compétition. Quand cela arrive, c'est médiatisé, mais je ne pense pas que ça fasse bouger les choses. Quelques comportements machistes persistent et les préjugés sur la supposée supériorité des hommes restent puissants", se lamente-t-elle. Cependant, Zazie Gardeau reste optimiste quant à cette question plus qu’importante. "Le sport est une belle manière de répondre à ces comportements, et je pense que cela changera doucement". C’est cette foi en l'avenir du sport qu’elle partage avec le Collectif des sportives, dont elle apprécie l’action. "J’aime beaucoup cette image de la femme qui est mise en valeur. C’est un très beau projet !".

Portrait by Andoni Ospital.

119 vues
DELPHINE 
JARIEL

Voile

PORTRAIT DE LA SEMAINE 
  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • LinkedIn - Black Circle

© Le Collectif des Sportives

lecollectifdessportives@gmail.com

31000 TOULOUSE

0674973177

Contactez-nous

decathlon.jpg
bnp.jpg
axa.png
sncf.png
regiojn occitanie.png
conseil departemental.png
cryo control .jpg
café oz.jpg
stratégia_avocats_edited_edited.jpg